Dessin contemporain du corps humain

Croquis, Fusain, Portraits
technique : Fusain
Format A3 sur papier Hanemühle

Expressivité du corps humain grâce à des techniques mixtes de dessin jouant avec l’abstraction et le mouvement.

L’objectif recherché est d’exprimer la force et le dynamisme du corps humain au moyen de lignes, de tâches, et de mettre de l’émotion dans le trait de crayon.

Trois crayons pour un drapé

Fusain, nature morte

Il est intéressant ici de comprendre la structure du drapé : le principe des plis, des dégradés, des formes principales ainsi que des sous formes. 

Il faut s’aider des masses de lumière et d’obscurité.

Matériel utilisé :

  • Feuille de papier épaisse
  • Peinture gouache pour le fond
  • Fusain
  • Une estompe
  • Une gomme mie de pain
  • Crayons : bleu, blanc, sanguine.
  • Fixatif en laque

Les étapes

Je trace une ligne horizontale sur ma feuille qui définira où est posé le drapé.

Ensuite, je prépare mes couleurs :

Pour la partie basse qui est plus claire, j’utilise de l’ocre jaune et un peu de jaune primaire que je dilue avec de l’eau.

Pour la partie supérieure, une lumière intense doit se faire ressentir au centre alors que les bords sont plongés petit à petit dans l’ombre.

Les teintes lumineuses du centre sont composées de jaune primaire, ocre jaune, et blanc de chine. Alors que pour les zones d’ombres on peut trouver de la terre de Sienne naturelle, du noir intense et du jaune ocre.

J’ai appliqué la gouache sur toute la feuille à l’aide d’un pinceau plat mais surtout d’un papier absorbant qui m’a permis de faire cette texture et cet effet.

Pour construire mon dessin j’utilise un bâton fusain qui est facile à effacer si besoin. Un simple coup de doigt suffit, ce qui est très pratique et rapide.

Je commence par dessiner le pot avec les ciseaux qui me permet de poser la limite à gauche de mon dessin.

Puis je dessine les contours du drapé et les plis les plus marqués.

Ensuite je pose les ombres en allant des parties les plus sombres vers les plus claires et j’estompe pour faire ressentir la texture lisse du drapé.

J’augmente à certains endroits le contraste en fonçant afin de donner plus de relief au drapé, mais aussi d’intensifier la lumière par opposition.

Ici j’utilise un crayon bleu polychromos de chez Faber Castel afin de perdre la transparence du drapé en lui donnant une teinte. Puis je rajoute avec le crayon blanc des touches lumineuses.

Le travail de lumière est très fin. Parfois, un simple trait de blanc sur un pli suffit à donner vie au drapé. Le blanc permet un dynamisme supplémentaire à la composition.

Pour finir j’utilise la sanguine et le crayon fusain pour travailler sur le pot et la paire de ciseaux.

J’intensifie aussi un peu l’ombre sur les bords de la composition.

Le fusain est vraiment un outil intéressant pour dessiner un drapé car il permet d’estomper et de mélanger les couleurs facilement afin d’avoir de beaux dégradés.

Par contre, il faut penser que le fixatif assombri les couleurs, il faut en tenir compte dès le début.

Sur le drapé, je me suis inspirée de la technique aux trois crayons »  qui normalement utilise la  pierre noire, la sanguine, et craie blanche sur un papier à grain souvent teinté.
Ici, sur le drapé, j’ai utilisé le fusain pour pour les lignes, les tons froids et les ombres. La sanguine ( sur le pot ) et le crayon bleu ( sur le drapé ) sont utilisés pour les ombres douces et la coloration. Pour finir le crayon blanc permet d’apporter les effets de lumières et d’ombres.


Pachamama: la déesse terre-mère

Aquarelle, Oeuvres, Portraits
aquarelle Pachamama ( qui signifie Terre mère, déesse en Amérique du sud )
Format A3 papier Hahnemühle 100%coton 300g/m2

La Pachamama est la plus importante divinité des peuples andins car, en plus d’offrir sa protection, elle représente la fertilité, l’abondance, la féminité, la générosité, le rendement des cultures, etc., des qualités extrêmement importantes dans les sociétés traditionnelles directement dépendantes de la terre.

Le terme Pachamama peut se traduire par « Terre mère« , pacha signifiant en aymara terre, cosmos, temps et espace, et mama, mère. La Pachamama est une déesse sans temple, elle s’honore en tous lieux, de préférence sur le sommet d’une montagne ou dans la nature; elle est son propre temple.

Inktober 2022

Animaux, Illustration, Nature & Ville, Portraits

un challenge pour les dessinateurs, illustrateurs et tous ceux et celles qui aiment dessiner.

Ce défi nécessite de faire un dessin par jour durant tout le mois d’octobre suivant la liste de l’année. Les dessins sont en noir et blanc car arrêtés au stade de l’encrage, d’où la mention de l’encre dans le nom du défi.

jour 1 : gargouille
jour 2 : se précipiter
jour 3 : chauve souris
jour 4 : coquille
jour 5 : Flamme
jour 6 : bouquet
jour 7 : voyage
jour 8 : rencontre
jour 9 : nid
jour 10 : grincheux
jour 11 : aigle
jour 12 : oublier
Jour 13 : gentil
Jour 14 : vide
jour 15 : tatou
jour 16 : volaille
jour 17 : saler
jour 18 : rayé
jour 19 : queue de cheval
jour 20 : bluffer

Les croquis

Croquis, Portraits

Les croquis

Les croquis prennent de plus en plus de place dans ma recherche artistiques. Mais il faut dire aussi que je m’amuse beaucoup à « croquer des modèles ».

Le croquis est avant tout un exercice d’observation qui permet de libérer ma créativité sans avoir peur de faire des erreurs et je dirait même plus…en espérant faire quelques erreurs afin d’apprendre toujours plus.

Cyanotype : technique d’impression à la lumière

Cyanotype, Par technique, Portraits

Le cyanotype est un procédé photographique monochrome négatif ancien, par le biais duquel on obtient un tirage photographique bleu de Prusse, bleu cyan. Cette technique a été mise au point en 1842 par le scientifique et astronome anglaisJohn Frederick William Herschel.

Les cyanotypes peuvent être réalisés sur tout support capable d’être rendu photosensibles par cette préparation. Le papier à dessin épais est le médium le plus courant, mais du tissu ou une surface non poreuse recouverte de gélatine peuvent être utilisés.

Procédé :

On mélange en volumes égaux une solution à 8 % (masse sur volume) de ferricyanure de potassium et une solution à 20 % de citrate d’ammonium ferrique. Ce mélange photosensible est ensuite appliqué sur une surface, par exemple sur une feuille de papier, à l’aide d’un pinceau en couche homogène. On laisse sécher dans l’obscurité ce support préparé. Une fois sec, il présente une couleur jaune tirant sur le vert.

Sous l’exposition à des rayons ultraviolets, le fer des surfaces exposées est réduit, formant sur le papier une couleur bleu de Prusse à bleu cyan. L’intensité du changement de couleur dépend de la quantité de rayons UV, mais on peut obtenir des résultats satisfaisants après trois à six minutes d’exposition en plein soleil en été.

Les motifs, qui apparaissent en clair sur fond sombre, peuvent être obtenus par contact avec tous formats de négatifs, sachant qu’il n’y a évidemment aucun agrandissement dans ce cas. N’importe quel type d’objet peut aussi être utilisé pour obtenir des photogrammes.

Après l’exposition, le fer qui n’a pas réagi (jaune-vert) est éliminé par rinçage à l’eau courante. Le cyanotype obtenu est ensuite séché à l’air libre.

Frida Kahlo au cyanotype